A Cécilia

Publié: 17 décembre 2006 dans Les autres

L’Acrostiche à Cécilia

 

Comme ton cœur est lourd serré dans un étau
Emporté par ta vie ! Où brille nulle étincelle
Comme un trop lourd secret comme un trop lourd fardeau
Immense est ta peine. Ta douleur  éternelle
Lamine sans repos. C’est la faute au bourreau !
Immoral et pervers. Qui insensible et Cruel
A puisé sur ta vie son plaisir, son cadeau …
 
 
Comme ton cœur est pur comme ton cœur est beau
Et porté par la vie il sera ton combat
Comme pour dire à celle qui te regarde là haut
Il y a son amour… qui te reste éternel
Lui dire qu’elle te manque ! Qu’elle te fait défaut
Il y a dans ta vie encore une étincelle. C’est elle !
A jamais elle restera ton credo et que sur ça personne ne mettra le veto
 
Publicités
commentaires
  1. Stéphane dit :

    merci, aucun autre mots me viennent, un grand merci c\’est très beau ce que tu a écris. Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s