Ma Camargue

Publié: 23 mai 2007 dans Non classé

La protection du Parc naturel de Camargue, m’a donné envie de vous parler de ma Camargue. Née nîmoise, je me sens liée à vie à cette terre. Alors voilà je vous vous la présenter, et la perte du parc naturel, entraînera à plus ou moins brève échéance la disparition de toute une flore et une faune privilégiée.

 

Cette étendue presque déserte présente trois grands types de paysages :

  • ses rizières, céréales et cultures maraichères,
  • son élevage  de tauraux en liberté au milieu des marais,
  • ses salins, dominées par leurs montagnes des sel.

 

La Camargue a vu sa flore peu à peu se réduire à peau de chagrin, il ne reste que « Syvéréal »  pour donner une idée de ce qu’elle était.

Ce que l’on voit actuellement se sont essentiellement des étendues marécageuses  de couleur brunâtre la majorité de l’année et d’un rouge/roux en hivers. C’est la salicorne.

 

 

En été et en automnes certains paysages se colorent d’un bleu/violacé c’est la saladelle.

Sur les terres moins arides et moins salines, on y découvre au fil des saisons, iris, asphodèle, genêts.

Et puis par endroit, vous trouverez des espaces remplis de « roseaux des marais » : la sagne. (Le métier de sagneur est entrain de disparaître – prob de coûts..). qui servait  à faire les toits de cabanes de gardians.

 

 

 

 

Et au milieu de toute cette belle nature sauvage, on voit sans difficulté aucune les chevaux de Camargue, les taureaux de Camargue, les flamants roses et les moustiques (rire).

     

Les flamants roses migrent de moins en moins, on les voit dans les étangs d’eau saumâtres, toujours campés sur une patte ou le nez dans l’eau … C’est avec leur gros bec recourbé, qu’ils fouillent la vase pour récupérer toute sorte de nourriture microscopique qui constitue son alimentation. C’est le flamant rose qui attire le touriste, mais la Camargue abritent plusieurs centaines d’espèces d’oiseaux migrateurs qui viennent se poser. Pour celles que j’ai eu l’occasion de voir (merci à papy Lulu ancien salinier et amoureux de la nature qui m’a permis de voir) il y a

  • des rapaces : des buses, des aigles à certaines époques de l’année, des éperviers
  • des oiseaux migrateurs divers –  bergeronnette, hirondelle, mésange, huppe aigrettes..
  • des canards : tadorne, colvert, sarcelle..
  • Et puis ce qui font tellement parti du paysage qu’on les oublie : Les mouettes, les gabians (goélands) et les sternes

 

Dans les étangs d’eau saumâtres, on peut (ou pouvait) ramasser les palourdes, dans les canaux les anguilles et aux embouchures les « jols » (petits poisson de friture) les moules et parfois même les huitres sauvages et sur la plage … les télines.

 

Mais la Camargue n’est rien sans ses « biou » (on dit bi-o-ou) et ses chevaux.

 

Ne pas confondre le taureau de Camargue avec le taureau de corrida (même si des croisements ont commencé à être faits depuis quelques années). Personnellement, je n’aime pas les corridas (mais je ne juge pas ceux qui aiment), par contre en bonne nîmoise, je raffole des courses libres, de l’abrivado, la bandido, la ferrade, le pré… Tous ces termes parlent de fêtes Camarguaises où le taureau est à l’honneur et où l’homme joue avec lui ou le marque (ferrade – pré)

 

 

 

  • L’abrivado et la bandido, mettent en valeur l’homme et l’animal. Cela constitue à faire aller, lors des fêtes, le taureau de la manade à l’arène et vice-versa. Pour cela les taureaux (à corne nue) sont encadrés par les gardians à cheval et traversent al ville. Les jeunes essaient de faire échapper les taureaux et la gardians de les garder groupés…
  • Le pré et la ferrade, vont de pair. En général cela se déroule une dimanche matin, c’est une sortie familiale où toute la famille se déplace avec « le déjeuner » à partager entre tous et où les jeunes taureaux rabattus par les gardian et leur « trident » sont capturés et marqués (beurk je ne peux le regarder, il parait que c’est indolore …) aux armoiries de la manade à la cuisse, l’oreille est « coupée » de manières spécifique (autre mode de reconnaissance) et puis sont relâchés dans les prés.
  • La course libre (course à la cocarde)  soulève les passions plus qu’un match OM/PSG. La véritable star, c’est le taureau. Et plus il pratique l’arène et plus il devient « doué » et plus ses glands et cocardes ont de valeur. Le razeteur est aussi un dieu pour les aficionados, (certains sont aussi populaires et adulés auprès des jeunes filles que clooney ou Zizou). Sur les affiches annonçant le spectacle, sont annoncés le noms des razeteurs et des taureaux. Chaque taureau a un nom et certains ont même leur tombeau dans la manade où ils on vécus (Goya et Rami sont les 2 qui me viennent à l’esprit). On place entre les cornes de l’animal des « glands » et une « cocarde » qui sont tenus par une ficelle tendue entre les deux cornes, le razeteur (tout de blanc vêtu) va affronter le taureau et tenter avec le « crochet » d’enlever le gland ou la cocarde d’entre les cornes du taureau. Chaque trophée a une valeur, le razeteur qui enlève le gland remporte la prime. Le taureau par contre si il arrive à le ou les conserver voit la valeur de ses trophées augmenter à chaque sortie.

 

L’autre héro de la Camargue, le cheval. On raconte que le cheval de Camargue a suivi le retrait des eaux du Mâconnais jusqu’au delta du Rhône. Même si cette race n’a été officiellement reconnue que depuis une dizaine d’année, elle est une des plus anciennes races du monde. Le Camargue est un petit cheval robuste et très docile. Il fait corps avec l’homme et il est le compagnon idéal du gardian. Il est bien adapté à la rudesse des pâturages (s’élève dans un triangle  de Montpellier à Fos en passant par St Gilles au nord) et est élevé en liberté dans les marais. Et malgré son aspect trapu, il est très, vif, agile et maniable au milieu des troupeaux. 

 

 

 

Voilà j’ai fait le tour. Si vous avez envie d’aller en Camargue, n’oubliez pas de visiter les villes phares qui la représente :

  • Aigues mortes
  • Arles
  • Le Grau du Roi
  • Les Saintes Marie de la mer
  • Saint Gilles

Publicités
commentaires
  1. . dit :

    Superbe région que je connais bien et qui  me rappelle que mon père incinéré a eu ses cendres dispersées dans cette région en pleine pointe.
    Bises
    A+
    @jp

  2. MicheLLe dit :

     Que de merveilleux souvenirs de cette région sauvage et si particulière…que j\’ai eu le plaisir de parcourir à cheval….superbe à préserver
    @M
     

  3. moi dit :

     Hello ! donne moi la main, je t\’aiderai à franchir ce pas … je te fais uncpié collé pour sauver ta belle région !
     
     
    Il faut sauver le Parc !!
    Manifestation à Arles, le samedi 2 juin 2007 pour le maintien du Parc naturel régional de Camargue Gare Maritime à Trinquetaille à 9h30

    La suite: sauvezparccamarg.canalblog.com
         N\’hésite pas ! Pour les deux choses !
            Bises
               F R A N E

  4. Ameor dit :

    Le pays de Brassens et celui des chevaux sauvages…(oublions les moustiques ça gâche)
     
    Merci pour cette merveilleuse visite d\’un endroit magique.
     
    Âmeor

  5. Alain 34 dit :

    kikou Réjanie
     
    nous avons la chance d\’habiter Montpellier depuis 25 ans
    et même pendant tout ce temps nous n\’avons pas fait le tour
    c\’est une région magnifique,mardi dernier nous sommes allez aux Saintes
    pour une sortie 4*4 en Camargue bon pas trop d\’oiseaux un peu tard dans la saison
    mais vraiment suberbe quand même au retour un petit restau au Grau du Roi sur le port
    que du bonheur.
    je vois que tu adore la Camargue et la défend le Parc ne risque rien il est trés protégé…
    l\’année dernière nous avons fait la féria de Mauguio ferrade,Abrivado,razet,bénédiction des juments et poulains et tout le reste
    bon j\’arrète la ou je vais te faire un roman…lol
    ton blog est superbe que du bonheur pour l\’esprit
    au sujet des cigales je crois qu\’il en éxiste trois sortes avec des chants différents
    trés bien pour le touriste mais lorsque tu et à la pêche avec des centaines autour de toi
    bonjour le teston…le Guépier cet oiseau magnifique en fait un festin.
    dans les taureaux il ne faut pas oublier notre brave Simbé ou
    bon Dimanche @++
    ps:le blog de ma moitié
    http://harmoniesauvages.spaces.live.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s