Le marché de Noël à Aix

Publié: 10 décembre 2007 dans Traditions

 

« Lou santoun » … « le petit saint » en provençal !!! ça ne vous rappelle rien ? Mais si Les santons pardi !!!

 

Les santons sont les sujets de la crèche.  

 

La crèche désigne à l’origine une auge, une mangeoire. Dans l’évangile selon St Luc Jésus est né dans une crèche. Dans les autres versions, il a été enfanté et on l’a posé dans une mangeoire (ou crèche) parce que la place manquait.

 

Bon mes connaissances en la matières étant encore plus ignorantes que ce que je viens de vous raconter dans le paragraphe ci-dessus, je vais m’en tenir à la tradition provençale

  

On dit que la crèche provençale a trouvé ses origines à Marseille. Mais le premier qui a fait une première mise en scène vivante fut Saint François d’assises en 1224 lors d’une messe dans la forêt des Abruzzes.

Ensuite, on retrouve au XVIIe siècle à Marseille un capucin bon sculpteur qui copiera les personnage de la crèche de son couvent avec des sujets de petites tailles en argile à un usage « éducatif » pour le peuple.

Un santon un vrai un authentique est fait d’argile sinon ce n’est pas un santon …     C’est au cours du XIX eme siècle qu’apparaît le métier de santonnier  et qu’ils s’inspirent de la vie quotidienne pour créer les personnages. Et voilà l’histoire de la crèche provençale est née. Les foires aux santons commencent par Marseille cours Saint Louis en 1803 et ne feront que croître et embellir jusqu’à exister dans toute la Provence dans toutes les villes et villages de Provence pratiquement tout le mois de décembre.

Chaque crèche est une histoire personnelle, chaque santon une affaire de santonnier avec un je ne sais quoi de personnel qui fait que les amateurs éclairés reconnaissent par son santon le santonnier qui lui a donné vie.

Je vais vous en présenter quelques uns :

l’Enfant Jèsu

l’enfant Jésus

lou tant bèu pichot (le si bel enfant)

sant Jousè

Joseph

 

la Santo Vierge

Marie

 

lou biou

le bœuf

ils ne font pas partie de la sainte famille mais en sont indissociables !

l’ase

l’âne

 

Les rois mages

Melchior
Balthazar
Gaspard

somptueusement vêtus, contribuent à cette atmosphère féerique.
Melchior, c’est le roi maure avec un magnifique turban sur la tête et un fastueux ciboire dans les mains.
Balthazar appelé, par opposition, le roi blanc, a une cape violette brodée d’or.
Gaspard, le roi à genou porte un coffret de pièces d’or.

li pastre

les bergers,
les pâtres

les premiers venus, avec leurs agneaux…

lou viei et la vièio

le vieux
et
la vieille

il s’appellent Grasset et Grasseto !

lou ravi

le ravi

c’est l’idiot du village qui n’a rien à offrir, mais qui est touché par la grâce de l’évènement : en ravissement : il est toujours présenté les bras en l’air.

lou tambourinaire

le tambourinaire

avec son tambourin et son galoubet

 

 

 

lou pescadou

le pêcheur

indispensable ! certains des disciples de Jésus étaient des pêcheurs

la peissouniero

la poissonière

 

lou pourtarié d’aigo

le porteur d’eau

l’aigo es d’or en Provence, l’eau, c’est de l’or !

lou bouscatié

le bucheron

avec ses fagots de bois ou bosc…

la jardiniero

la jardinière

avec les légumes du jardin : l’aiet (ail) ou  la coucourdo (courge, citrouille)

la masièro

la fermière

avec les produits de la ferme : les œufs…

lou móunié

le meunier

avec son sac de farine

lou boulangié

le boulanger

avec les pains, li pan

lou banastaire

le vannier

avec son grand panier d’osier, la banasto qui sert de berceau au nouveau-né…

l’estamaire

le rétameur

qui rétame les casseroles…

l’amoulaire

le rémouleur

avec sa meule, la molo, pour aiguiser les couteaux…

la fielarello

la fileuse

qui confectionne le maillot du nouveau-né…

la bugadiero

la lavandière

avec son savon de Marseille, lou saboun de Marseillo, et son linge, la bugado… (origine : cf. buandière, buanderie)

l’ange Boufareu

L’ange
messager
de la naissance

celui qui souffle, tient une trompette et guide la population vers l’étable

 

              

La crèche en Provence, mais pas seulement, est un art populaire qui naît début décembre et qui vit et se perpétue jusque fin janvier dans bien des foyers. C’est pour certains une œuvre à jamais inachevée qui s’incrémente, se complète, se modifie au fil des ans prenant toujours plus d’ampleur (et par conséquent d’espace) dans les foyers.
Dès fin novembre on sort des armoires, placards, caves ou greniers (ou les quatre) des boites remplies de trésor, des décors, des accessoires. Le trésor enfin déballé et étalé à la vue de membres de la famille ravit autant les petits que les grands. Le décor est planté !
On réfléchit, on imagine on pense on rêve de la mise en scène qui va être faite et « on voit » déjà dans sa tête le résultat !! Mais les discussions s’animent car tout le monde n’est bien évidement pas d’accord et cela donne matière à parlotes, disputes, pleurs ou rires. Mais tout cela n’est pas grave car au final … on ne sera pas peu fier de SA CRECHE. (Où est la modestie dans tout ça ? rire).
Cependant il y a des règles fondamentales à respecter qui sont que la crèche se construit en trois parties



Le fond : qui correspond au décor(souvent peint sur toile ) en arrière plan ou encore mieux qui entoure la crèche qui plante dans l’espace temps la scène … Ce sera un ciel avec une étoile au fond et souvent l’ombre de montagnes (la sainte Victoire pour les Aixois )

Le paysage : On fera se marier les détails de la vie d’un lieu provençale, pont, ruisseau, montagne, moulin, fontaine, village (ou maisons isolées) pins maritimes, oliviers centenaires, cyprès …. Le tout rangé avec soin en fonction des jeux de perspective du tableau. Et pour finir cette mise en scène de théâtre les personnages qui se pressent pour porter leurs offrandes au divin enfant.

 

La crèche proprement dite : L’étable et la sainte famille avec le bœuf, l’âne et les rois mages qui entament la procession. Cette partie est en général installée à gauche ou à droite du décor en 1er plan laissant ainsi toute la place restante à la fantaisie et à l’imagination de son créateur.

Bon moi tout ça je ne l’ai jamais pratiqué car je n’ai aucune culture religieuse, je ne l’ai jamais véhiculé car je n’ai aucune croyance qui me donne envie de faire entrer cette tradition dans ma demeure et en plus je n’aime pas les santons, mais je trouve malgré tout très amusante et ludique cette tradition si fortement ancrée dans notre belle Provence, que ma promenade au marché de Noël dimanche matin avec un ami « fan de santon » m’a donné envie de vous conter son histoire. J’ai adoré ma promenade car j’ai vu les gens se passionner devant les étals et l’esprit de la fête présent dans les rues de la ville, les gens heureux de nationalités différentes entrain de prendre plaisir dans leur découverte. Voici quelques images que j’ai ramenées de cette sortie.

   

cours mirabeau L’alsace à notre porte !!! nous a apporté des bretzels très bons

 

       

 

Dans les autres cabanons, il y avait des artisans divers qui vendaient de la pantoufle bien chaude à des jouets eléectroniques ent passant par des bougies parfumées ou des sujets en chocolat toutes sortes de produits pour aider à faire des cadeaux en ces fêtes de fin d’année En voici  quelques exemples ci-dessus

 

 

Mon préféré sans contexte, celui de Lurs en Provence non loin de la montagne de Lure. Non pas pour l’affaire Dominici, mais plutôt pour ses produits de pays tel que l’huile d’olive faite avec des olives mûres, des oeufs truffés de la tapenade du foie gras des truffes sans les oeufs bref des produits qui parlent bien de chez nous

 

Sait-on jamais, je vais vous donner envie de venir vous promener ici

                         

                                                                      

 

 

Publicités
commentaires
  1. Unknown dit :

    Super , j\’espére que je ferais aussi bien. Biz @+++

  2. Unknown dit :

    LES SANTONS ILS SENTENT BON LA PROVENCE;-)
    MERCI POUR TON RÊVE … CHANTONS SANTONS  "LI PASTRE " L\’ARTISTE MAURICE;-)
     

  3. annie dit :

    Pour répondre à ton com\’ sur mon blog , bien sûr qu\’on ne peut pas aimer tout le monde … mais si c\’était vrai …. pour reprendre le titre d\’un roman à la mode ….  Noël est le moment où on peut rêver !   Bisous et bonne soirée ; magnifique ton billet d\’aujourd\’hui .

  4. Unknown dit :

    bonjour
     en rendant visite à éric je suis venu faire un tour du côté du pays du soleil ……………. donc avec les santons j\’ai été ravie de mon choix et d\’avoir ouvert la porte ( je suis entrée sans frappé désolée !!lol) ha !! bonne mère que j\’aimerai habiter là de ce côté du pays !! la normandie est bien jolie mais disons quelque peu humide surtout actuellement !!!
    bonne soirée peut être à bientôt ma porte est toujours ouverte pour faire entrer le soleil ……………..

  5. Edi édi dit :

    Bravo … j\’ai passé un agréable moment à te lire !!!
    Bonne continuation

  6. . dit :

    Chaque région à ses coutûmes et c\’est super
    A+
    @jp

  7. Muriel et Fred dit :

     
    Merci pour tes voeux, nous en sommes touchés…
     
    Ravie de cette lecture qui me replonge dans mon enfance près de Toulon, quand je déballais fébrilement les santons et la crèche "faite maison" pour leur redonner vie… Je n\’en connaissais pas vraiment l\’histoire, ton texte m\’a apporté des éléments…
     
    Par ici, pas de santons, mais beaucoup de marchés de Noël où nous aimons "luner"… J\’adore cette période où l\’on retrouve son âme d\’enfant…
     
    Bien amicalement.
     
    Mourka
     
     
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s