Un texte Un auteur : Les Vies liées de Lavilliers – Michel Kemper

Publié: 16 juin 2011 dans Livres

Bernard Lavilliers chez Jimmy Woolf

Bernard Lavilliers chez Jimmy Woolf

je vous ressers Jimmy Woolf, car il est toujours aussi bon

Michel KEMPER, journaliste chroniqueur spécialisé dans la chanson. Et ce n’est pas ‘pour de semblant’ c’est du solide pour le peu que j’ai pu lire dans son blog. tout ce que j’ai trouvé sur lui sur la toile (pas grand-chose en fait ^^, mais je ne m’intéresse pas à la vie « privée » des gens), se résume en quelques mot. Michel Kemper a fait partie de l’équipe rédactionnelle de Chorus en tenant pendant plusieurs années la rubrique des Cahiers de la chanson avant de devenir rédacteur en chef de « Le Thou’ Chant Webzine » . Pour ma part, je l’ai découvert par l’entremise de WordPress avec son blog « Nos enchanteurs ».
Toujours est-il que ayant atterri chez lui par hasard, je m’y suis plu, j’y retourne régulièrement avec plaisir même si je ne commente que rarement.

Il sait de quoi il parle et même s’il a une plume bien aiguisée elle n’est pas partiale. Grace à lui, je découvre des artistes qui me sont inconnus (j’ai il est vrai une culture musicale très primaire)
C’est en lisant un article sur Bernard Lavilliers chez « Nos enchanteurs » que j’ai eu envie d’acheter le livre « Les vies liées de Lavilliers ». Je viens de le finir et je ne suis pas déçue.

Bernard LAVILLIERS. Que représente-t-il pour moi ? Un auteur, compositeur et interprète de grand talent, que j’écoute avec plaisir depuis…pfff plus que ça ^^. Par contre l’image de « l’homme » me débecte il a une allure de « vieux beau » qui ne me plait pas (et c’est marrant car je l’ai toujours ressenti comme ça même à ses débuts). Au regard, du livre de Michel Kemper, j’ai compris ce qui me dérangeait chez cet homme au point de n’avoir jamais cherché à le « voir » sur scène. Par contre sa voix, ses textes et son univers musical (très pluriel en fait) m’enchantent…encore une de mes contradictions ^^ Je n’en suis pas à une près

Les vies liées de Lavilliers. Ce livre sortit fin 2010 n’est pas une biographie, même si le premier but avoué par son auteur était, au départ, d’en écrire une sur le « chanteur Lavilliers ». Le chanteur a repoussé ou annulé les rendez-vous jusqu’à finir par refuser de participer à l’écriture d’une biographie. Malgré ce, l’auteur a poursuivi dans son idée et a accouché d’un très bel ouvrage.
Ce n’est pas une biographie, c’est mieux que ça. Il s’agit d’une enquête journalistique sérieuse et impartiale, menée par une personne qui aime l’artiste. C’est très bien écrit, sans complaisance ni acrimonie.
Michel Kemper tente de nous raconter, un peu comme dans un roman, l’histoire de Bernard Oulion, jeune enfant rêveur, amoureux des belles lettres avec des envies « d’ailleurs », devenu un jeune homme ambitieux, pugnace et volontaire qui n’a qu’une idée devenir artiste. Sa vocation de chanteur se fera naturellement, petit à petit.
En parallèle, il construira « Bernard Lavilliers », un personnage, une légende à la mesure de son talent et qui nourrira jusqu’à aujourd’hui, la vie de « Bernard Lavilliers ».

Ne vous attendez pas à avoir des « paparazzades » ou des anecdotes croustillantes, rien de tout ça. Des faits, rien que des faits biens définis dans le temps, bien amenés et décris à la manière d’un roman. Il m’a fait mieux comprendre (est-ce vraiment le terme) cet homme de talent, monument de la chanson française ; ce personnage haut en couleur, en perpétuelle révolte, fier de ses racines ouvrières mais en même temps un tantinet mytho, affabulateur qu’est Bernard Lavilliers. Au sortir de ce livre, je ne pense pas l’aimer plus pour autant, mais j’ai compris pourquoi il me dérange et je le vois « autrement » et toujours avec beaucoup de respect.

Un extrait l’auteur nous parle de l’artiste et de son album « Etat d’urgence »

[…] Sil est une chose qu’on ne pourra jamais nier à Lavilliers, c’est la qualité d écriture des textes qu’il se met en bouche, lame de précision taillée dans de l’art pur. Pas un mot qui n’aurait sa juste place, au juste endroit du vers. C’est un travail d’ajusteur, de ciseleur. Un travail mû ici, dans cette chanson, dans tout cet album, par l’urgence d’exprimer. L’artiste se met à nu dans une étonnante confession publique, douloureux aveux sortis par spasmes, témoignant de la fissure qui est en lui, délivrant un cri de sensibilité pure : celui du créateur qui se dédouble e s’affronte […]  Car Lavilliers n’est pas un, il est plusieurs à la fois. Dont les vies sont liées, qui se chevauchent et constamment s’entrechoquent à la façon de plaques tectoniques. Impossible d’en séparer l’authentique de ce qui ne l’est pas ou pas tout à fait, de tenter de décoller le réel du supposé tel, sans prendre le risque de tout déchirer : plus qu’un lien de dépendance entre un Bernard Oulion qui rêva de devenir artiste et un Lavilliers qui a rêvé sa vie en la revêtant des habits de l’aventure, le chanteur est la somme des deux. Et son œuvre est la lumineuse production d’au moins deux vies intimement liées. « Du personnage qu’il a créé ou de lui-même, qui peut dire quel est le plus vrai ? » (Jean Duperray, 4 avril 1983, dans une lettre adressée à un journaliste de la tribune/Le Progrès)

Je suis surprise que ce livre n’est pas eu plus d’écho médiatique, il le mérite pourtant, c’est dommage, tant pour ses fans que pour ses détracteurs.
Qu’est-ce qui fait qu’un livre a droit a passer dans une émission plutôt qu’un autre ??? Pas assez littéraire pour les uns ? Pas assez « sensationnel » pour les autres ?
Je ne sais pas, mais je reste persuadée que c’est une grossière erreur de la part des chroniqueurs divers et variés d’avoir zappé « Les vies liées de Lavilliers »

Publicités
commentaires
  1. jimmywoolf dit :

    superbe article pour un grand artiste, bonne continuation, 😉 jimmywoolf

  2. marie-ne dit :

    Bonjour Annie
    Je ne sais pas bien pourquoi, mais Lavilliers ne m’a jamais vraiment attirée, je ne sais pas pourquoi, je te le redis. 😉
    J’ai pris quand mm le temps de lire l’extrait de ce livre, et d’écouter les deux vidéos musicales, et là, parlant de boulot sur les deux, pffft m’a fatigué le bonhomme, 😀 bon faut dire, que j’ai pas fait trop d’efforts…:)
    Merci tout de même pour ce billet, cela aurait pu me faire changer d’avis, mais nan, pas envie. lol.
    Maintenant je reconnais que c’est un artiste complet, mais pas ma tasse de thé, hormis peut-être quelques chansons, et encore je ne retrouve pas les titres, c’est pour dire. 😉
    Je t’embrasse bien fort, et bravo pour la composition de Jimmywoolf.
    J’espère que tu vas bien, et que tu vois un peu le bout question boulot.
    A bientôt Super Annie. 😉

    Belle journée (ici il pluviotte)
    bisous de mistouiflette.
    Sois Bien!

    • Réjanie13 dit :

      C’est un grand Lavilliers, quoiqu’on en pense et même si on ne l’aime pas.
      Mais le bouquin est très bien Kemper ne cherche pas à vendre Nanar ou à te le faire détester, il ne fait que relater des faits qu’il cueille à force d’investigations et de recherche et te les redonne avec talent et c’est un plaisir de le lire

      Bisoutes ensoleillés (enfin presque …il fait nuit lol)

  3. Asphodèle dit :

    Coucou (chut…je passe en silence et masquée, j’ai pas trop le droit mais j’en peux plus !!). très beau billet sur un livre qui a priori ne m’intéressait pas plus que ça bien que j’adore ce chanteur depuis….pfff !! mais pas le mec, comme toi, il m’a toujours énervée !! Je note !!^^

    • Réjanie13 dit :

      Le livre est un bijou et je me suis régalée de le lire car Kemper est un vrai pro et tout y est investigation et justification. C’est très bien écrit et ça glisse tout seul 🙂

      Bisous ma belle à très bientôt
      Prends soin de toi

      • Asphodèle dit :

        Dès qu’il sera à la médiathèque je l’emprunterais mais…j’ai à faire en ce moment et des lectures en retard sur des livres voyageurs en plus, et d’autres qui attendent derrière, faut que je speede et le temps, le temps,.. ah madonna !! Reviens nous vite ma belle, tu nous manques !! Biiises 😀

  4. fralurcy dit :

    Lavilliers est un gars que j’ai toujours apprècié :Pour son engagement « via » ses chansons…..
    Merci ma belle
    Amitié
    Francis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s