Un livre une histoire : Blandine Le Callet – La balade de Lila K.

Publié: 18 mars 2012 dans Livres

Je viens de finir La ballade de Lila K de Blandine Le Callet et je me retrouve dans une grande tristesse car c’est fini.
Je me suis attachée à cette jeune fille et j’aimerai bien la voir vieillir encore un peu.
Tout ça pour vous dire que ce livre m’a passionné je l’ai lu en une semaine –ce qui est plutôt rare de ma part, car j’ai peu de temps à accorder à la lecture- pour se faire j’ai prolongé mes pauses repas de 45 mn à 1h00 🙂 car j’étais boulimique de savoir la suite. Et quand c’est fini, j’ai des regrets pfff, pas compliquée du tout la Annie ^^
Alors maintenant passons au plat de résistance. J’e m’en vais vous présenter, l’auteur, l’histoire, vous en livrer un extrait choisi et vous en donner  mes ressentis et mon modeste avis.

L’auteur :
Blandine Le Callet, Jeune auteur né en 1969, rêvait déjà d’écrire  à 10 ans, mais elle commencera sa vie professionnelle en tant que maître de conférence à Paris XII . Son 1er roman « Pièce Montée »  publié en  2006 a trouvé un vif succès, son second roman, la balade de Lila K. parut en 2010 fait semble-t-il l’unanimité.

http://www.lefigaro.fr/livres/2010/12/16/03005-20101216ARTFIG00444-blandine-le-callet-penser-la-ville-eternelle.php

Quatrième de couverture :
La ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge.
Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue.
Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité.
Au cours d’une enquête qui la mènera en marge de la légalité, Lila découvrira peu à peu son passé, et apprendra enfin ce qu’est devenue sa mère. Sa trajectoire croisera celle de nombreux personnages, parmi lesquels un maître érudit et provocateur, un éducateur aussi conventionnel que dévoué, une violoncelliste neurasthénique en mal d’enfant, une concierge vipérine, un jeune homme défiguré, un mystérieux bibliophile, un chat multicolore… Roman d’initiation où le suspense se mêle à une troublante histoire d’amour, La ballade de Lila K est aussi un livre qui s’interroge sur les évolutions et possibles dérives de notre société.

Un extrait :
…[J’ai faim. Elle dort dans le grand lit. Ses cheveux répandus me cachent son visage. Ce serait si bon de le revoir, après toutes ses années. Je pourrais marcher vers elle, écarter ses cheveux, et contempler ses traits, effacer d’un coup cet oubli scandaleux. Mais j’ai faim, ça m’obsède. Je suis trop petite pour ouvrir les placards. Aucune chaise sur laquelle je puisse monter. JE ramasse les miettes qui traînent sur la table. Je récupère par terre la boite de la veille et je gratte avec le doigt la fine pellicule séchée sur la paroi. Ça m’aidera à tenir.
– Maman, j’ai faim.
Elle grimace.
– Parle moins fort, bébé, j’ai mal au crâne.
Quand elle fait cette tête-là, danger, tout peut aller très vite. J’ai peur qu’elle se mette en colère, si j’insiste, mais j’ai trop faim pour la laisser tranquille. Je répète : Maman, j’ai faim, j’ai faim, maman. Puis je me recroqueville en attendant la suite. ]…

Dès les premières lignes, j’ai ressenti la peine de cette petite Lila que l’on arrache à sa maman. Elle sera conduite dans un centre où l’on s’occupera d’elle jusqu’à sa majorité, sans lui laisser le moindre souffle de liberté et de décision. Pour son bien on mettra tout en œuvre, éducation, « renutrition », opération… Lila n’a pas eu une enfance facile … Pour autant sa maman lui manque et elle sera tout le temps en quête de la retrouver, de savoir ce qu’elle est devenue et connaître son histoire.
Lila se révèle être une petite fille surdouée et asociale. Elle ne supporte ni les contacts, ni la lumière, ni les odeurs elle est limite anorexique et elle devra lutter toute sa durée d’internement pour donner le change et faire croire à l’administration qu’elle est « réinsérable ». Pourtant elle restera lucide, caustique et  très réaliste à la fois sur elle et sur le monde qui l’entoure.
Le contexte de l’histoire est très réaliste. On ne se rend compte que plus tard que l’histoire se déroule dans le siècle prochain … dans un futur plausible, avec une vie intra-muros  aseptisée à outrance ou le papier est considéré comme dangereux pour la santé publique et une vie extra-muros , la « zone » où tout n’est que chao et désolation, cet « état de lieux » m’a rappelé « Globalia » de Jean-Christophe Rufin –mais la comparaison s’arrête là- .
Lila est la naratrice, elle nous décrit d’année en année sa vie, ses ressentis, ses espoirs et désespoirs ses états d’âmes. Bref Blandine Le Callet nous fait voyager dans cette vie qui pourrait bien devenir réalité si nous n’y prenons garde, nous n’en ressortons pas indemnes et nous suivons avec émotions l’histoire de cette petite Lila pleine de ressources et de force.
A lire sans modération

Publicités
commentaires
  1. Asphodèle dit :

    Tu vois qu’on devient vite boulimique et que l’on se trouve du temps quand on aime un livre ? 😆 Maintenant que j’ai lu ton billet, je l’ai vu l’année dernière sur les blogs ! (Pas avec cette couverture) et il est toujours dans ma LAL ! Yo ! Mais bon, j’en ai tellement en retard que je pense qu’il va encore attendre un peu… Je ne suis plus en ce moment, j’ai pris du retard au début du mois et ça s’accumule vite… Bises et bon début de semaine pour demain ! 🙂

    • Réjanie13 dit :

      oui, mais ça me fait finir plus tard le soir et c’est le jeu des dominos après 🙂
      Cette semaine vu l’emploi du temps, je ne pense même pas avoir le temps de me « pauser » à midi 😦
      Mais ce qui est pris n’est plus à prendre. Là j’ai attaqué Anais Nin Venus Erotica et pour le moment « bof » je trouve plat et sans intérêt. Ce sont une série de nouvelles érotiques qui manquent sérieusement d’érotisme ^^ et je suis tentée de le lire en pointillé entre 2 autres lectures. Mais d’un autre côté, comme il ne m’enthousiasme pas j’ai peur de le laisser tomber et comme je n’aime pas laisser tomber un livre que j’ai commencé, dans l’immédiat je continue ^^
      A suivre.
      Bisous et bonne semaine

  2. solitaire03h dit :

    Tu es comme moi,tu ne sais pas « vivre » sans un livre à lire ……Je viens de finir « le pays sans adultes  » de Ondine Khayat….Dur,mais tellement émouvant,prenant:Un bonheur…Là je vais commencer un autre roman :  » L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon :Un genre diffèrent,mais …Je sens que je vais m’y plonger avec plaisir…
    Bises ma belle
    F.

    • Réjanie13 dit :

      Je suis accro à cet auteur et à aujourd’hui, j’ai lu toute sa production.
      L’ombre du vent est à mon sens magique. Mais je n’en dirai pas plus, je te laisse le plaisir de découvrir
      Bisous l’artiste

  3. Lystig dit :

    je l’avais noté l’an passé en broché, maintenant qu’il est en poche, je l’ai acheté, reste à le lire !

    heureuse de te lire à nouveau sur la blogo !

    • Réjanie13 dit :

      Alors je te le recommande il est à mon goût « parfait » :). Il a tous les ingrédients qui font un bon roman
      Je n’ai le temps de rien en ce moment. Mais hier, au lieu de préparer les repas de la semaine, j’ai fait le résumé du livre car après je ne l’aurai pas fait :(.
      Je ne sais pas si j’arriverai à revenir bientôt pfff, 24h00 sont trop courtes dans une journée
      Merci d’être passé et bonne semaine

  4. Am'broisie dit :

    Allez, ce sera un des mes prochains livres de chevet car ton compte rendu m’a convaincu. Au passage: c’est une très bonne idée de nous donner un extrait à lire: on voit si l’écriture vaut le coup ou pas. MERCI! Amélie

    • Réjanie13 dit :

      J’essaie toujours de mettre un extrait qui m’a plu, mais tout en essayant de ne pas dévoiler le livre. 🙂
      Il est superbe je t’assure
      Merci d’être passé et bonne semaine

  5. marie-ne dit :

    Bonjour Annie.
    ça fait plaisir de te relire. Je te croise quelquefois chez l »artiste. 😉 ..
    Boulimique aussi de lecture, je suis sûre que ce livre, me plairait, ça a l’air plein plein d’émotions et de réalismes…

    Je lis vos échanges à Francis et Toi, là, et idem, « le pays sans adulte », pffft, (c moi qui l’ai passé à Francis, c’est dire.. il est dur, mais beau… c’est juste énorme, mais évidmment, ça parle mieux à ceux et celles qui ont eu une enfance ressemblante, pour ceux et celles qui ont été équilibrés (je trouve pas d’autre terme et pas l’envie de chercher.. 🙂 ) ça peut sembler très dur..
    sinon « L’ombre du vent », Une Merveille, Enorme, j’ai adoré, on est « dedans » , … superbe, je le relirai, c’est sûr, mais là je l’ai plu.. 😉 🙂 …. et on aimerait que ce soit un tout petit peu plus long, tout comme tous les bons bouquins… quelle histoire, heing?? non non tu as raison, dis rien… 😉

    et la personne qui m’a fait découvrir cet auteur, et ‘L’ombre du vent », m’a dit qu’il y a une suite, ou du moins un livre suivant du mm auteur, plutôt différent, mais à lire aussi, je ne l’ai pas encore, j’ai des lectures en cours, et pis les sous sous… 🙂 Mais je compte l’avoir un jour, il s’appelle « Le jeu de l’ange » il vient de sortir chez Pocket Marina, si ça te dit, Annie, voici donc le nouveau Carlos Ruiz Zafon. Je n’ai lu que « L’ombre du vent » de cet auteur, il parait qu’il y en a un avant celui ci, puis l’ombre du vent, et le jeu de l’ange.. si j’ai bien compris ce que l’on m’a dit.. 😦

    Un autre livre aussi, que j’ai adoré, c’est « Les déferlantes », je ne l’ai pas non plus, 😉 me rappelle pas l’auteur, mais encore un bouquin,Extra, à mon sens.
    à l’occasion je te dis l’auteur, si ça te dit.

    Merci Annie, pour cet hommage à cette histoire, je note, et si l’occasion se présente, je prendrai.
    Des grosses Bises et pleing de Belles Pensées Vers Toi.
    Que Tout se passe Bien.
    Heureuse de t’avoir croisée. 🙂
    BBB je sais plus combien… 😉

    • Réjanie13 dit :

      Salut mistouflette,
      Le pays sans adulte, selon ce que j’ai lu chez Francis a l’air super mais très « dur ». Je le garde dans un coin de ma tête pour voir le cas échéant pour les prochains achats.
      Pour Carlos Ruiz Zafon, j’ai tout lu et j’ai tout aimé sans exception, le jeu de l’ange est une forme de suite de l’ombre du vent on y retrouve le petit garçon, mais ce n’est pas la même histoire mais passionnante tout de même. Marina est très bien aussi et le dernier paru est un des 1ers livres qu’il a écrit et qui étaient « coincé » par des droits d’édition je crois « le prince de la brume » il est plus adressé à de jeunes lecteurs à mon sens, mais toujours la même pâte fantastique.
      Puis il y en a 2 autres qui sont sortis mais, je vais attendre que les prix baissent :). il s’agit de Le palais de minuit et Les lumières de septembre qui sont si j’ai tout compris les 2 autres en attente de réédition

      Bisous et à bientôt

  6. marie-ne dit :

    je passes rapidos, je connaissais cette vidéo, pas eu besoin de chercher loin, je te la déposes…

    je files.
    Bisoussss

  7. marie-ne dit :

    je reviendrai noter les titres… 😉
    à bientôt.

  8. Enigma dit :

    ça donne envie!! =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s