Un livre une histoire : Jean-Christophe Rufin Le grand Cœur

Publié: 6 juin 2017 dans Livres

ça faisait un moment que je ne partageais plus mes lectures avec vous. Deux bonnes raisons : je lis moins et plus lentement d’une part et d’autre part, mon nouveau pépère ne supporte pas de me voir avec un bouquin 😀

-*-*-*-

cover-rufin-le-grand-coeur-gallimard

IVème de couverture :

Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie hors du commun et tente de démêler l’écheveau de son destin.

Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l’Orient. Avec lui, l’Europe est passée du temps des croisades à celui de l’échange. Comme son palais à Bourges, château médiéval d’un côté et palais Renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu.

Au faîte de sa gloire, il a vécu la chute, le dénuement, la torture avant de retrouver la liberté et la fortune.

Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-huit ans.

Son nom est Jacques Cœur.

 Il faut tout oublier de ce que l’on sait sur le Moyen Age et plonger dans la fraîcheur de ce livre. Il a la puissance d’un roman picaresque, la précision d’une biographie et le charme mélancolique des confessions.

L'auteur :

avt_jean-christophe-rufin_8144

Cet auteur a eu 1001 vies. Médecin, diplomate, académicien et grand voyageur « humanitaire » si je ne m’abuse, il a été entre autres au Nicaragua et au Rwanda.

Il est aujourd’hui reconnu comme un grand écrivain.

Pour ma part, je l’ai découvert avec La salamandre que j’ai adorée, par la suite on m’a offert rouge Brésil et je me suis ennuyée ^^. Si j’avais commencé par le « second », je n’aurai pas lu d’autres titre de cet auteur et s’eut été bien dommage.

Extraits :

Je ne sais si je les ai mis dans l’ordre… J’en ai tellement noté, que j’ai failli vous mettre le bouquin en entier 🙂 . J’en relevais de suite, mais d’autres je me les notais dans ma tête, puis une fois de retour à la maison, je partais en « arrière » chercher ce qui m’avait interpellé … Je ne suis pas sûre que ce soit la bonne méthode, va falloir que j’acquiers des mini post-it ce sera peut-être plus simple

Agnès me hante, depuis que j’ai évoqué ma rencontre avec elle. Pendant toutes ces années, je l’avais placée dans un retrait de ma mémoire, sous une châsse que je n’avais plus ouverte depuis sa mort. Tous mes souvenirs sont restés là, intacts, embaumés comme l’a été son corps. Mais il a suffi que je prononce son nom pour que l’ampoule se brise. Son visage, son parfum, sa voix envahissent tout.

…/…

A Florence, la richesse ne connaît ne pudeur ni interdit. La seule précaution que prennent ceux qui en font étalage est de veiller à ce qu’elle revête les apparences de l’art. La beauté est le moyen qu’emploient les puissants pour partager leur richesse avec le peuple

…/ …

La caravane passa lentement devant nous, et soudain, je compris ce qui m’émerveillait dans ce pays : il était le centre du monde. En lui-même il ne disposait pas de qualités exceptionnelles, mais l’histoire avait fait de lui le lieu vers lequel tout convergeait. 

…/…

Un grand amour, quand il approche, se laisse précéder de signes qu’il nous est impossible de déchiffrer d’abord. Ils ne nous deviennent intelligibles qu’après le reflux de la vague, quand elle découvre sur le rivage le désordre des souvenirs et des émotions. Alors, nous comprenons, mais il est trop tard.

…/…

La liberté que j’ai cherchée si loin et avec si peu de succès, je l’ai découverte en écrivant ces pages. Ma vie vécue fut tout entière effort et contraintes, combats et conquêtes. Ma vie revécue pour en faire le récit a repris la légèreté des rêves.

De créature, je suis devenu créateur.

… / …

Je peux mourir car j’ai vécu. Et j’ai connu la liberté

Mon ressenti :

Jacques Cœur écrit ses mémoires par l’intermédiaire de Jean Christophe Rufin, c’est un pur bonheur !!! C’est fluide, facile lire, très bien écrit et  plein de douceur malgré le côté sombre de l’histoire de Charles VII

L’histoire du XVème siècle apparaît claire et « d’actualité » presque par l’entremise de ce personnage ambitieux mais également humaniste qui en devenant l’argentier du roi a permis à la France de s’épanouir au travers du commerce.

Sa rencontre avec Agnès Sorel, sont pour lui un plus mais pour moi cela fait partie de sa biographie. Ce n’est pas un roman d’amour entre deux personnes, c’est plutôt l’histoire d’une vie d’un poète qui a rêvé une vie et en a vécu mille autres.

J’ai découvert ce personnage historique grâce aux écrits de l’auteur. Ce que j’en savais n’avait rien de glorieux, or ce récit est rempli de sensibilité et de clairvoyance, il se sait qu’il est comme nous dirions aujourd’hui sur un siège éjectable, même s’il ne veut pas y penser vraiment.

La postface est la colonne vertébrale du roman on continue de se sentir investi, tellement que j’ai bien l’intention d’aller à Bourges rendre visite à Jacques Cœur.

220px-015_portrait_de_jacques_coeuragnessorel3800px-karlvii

 

 

 

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_C%C5%93ur

 

Publicités
commentaires
  1. Trigwen dit :

    C’est un fait que la vie de Jacques Coeur fut un roman à elle seule.
    Ce commerçant et banquier avait compris avant bien d’autres que c’est du côté de l’Orient qu’allait se faire les affaires.
    Il a acquis sa fortune grâce à ses talents de marchand et son sens des affaires.
    Il semble que cet homme s’est fait beaucoup d’ennemis qui étaient jaloux de sa réussite insolente. Même le roi dont il fut le confident et parfois le banquier, le lâcha par jalousie : sans doute avait-il l’impression que le marchand de Bourges qui fut pourtant son Grand Argentier, était devenu plus puissant que lui.
    On retrouve le même cas d’espèce avec Philippe le Bel qui accusa les Templiers devenus trop puissants à son goût et à qui il devait trop d’argent.

    • Réjanie13 dit :

      De jacques Coeur, je n’en connaissais pas grand chose, simplement ce que la « petitehistoire » t’en raconte ( je n’aime pas l’histoire, mais j’adore les romans historiques ^^) et la lecture de ce roman m’a apporté un tout autre éclairage ça a été une vraie découverte pour mon plus grand plaisir 🙂

      • Trigwen dit :

        Par contre, en ce qui me concerne, je suis un passionné d’Histoire, de géographie, de géopolitique et de faits divers historiques qui ont la grande Histoire.

  2. Un grand roman d’un grand auteur. J’adore Rufin et j’ai adoré ce livre aussi. J’attends le nouveau avec impatience : il est sorti. Y a plus qu’à …

  3. J’ai lu au début de l’année dernière ce roman qui m’a fait découvrir avec plaisir la vie de Jacques Cœur que je ne connaissais que de nom.
    J’ai lu plusieurs livres de cet auteur que j’apprécie et mes préférés sont « Rouge Brésil » et « Le collier rouge »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s