Archives de la catégorie ‘Non classé’

Potage aux fèves

Publié: 27 novembre 2016 dans Aliments et boissons, Non classé

J’adore la soupe, Mmmm glacée en été, bien chaude en hiver… mais tous les jours pratiquement une à deux fois par jour, je commence le repas avec un bon potage.

En ce moment, je partage mon appart avec un jeune prof norvégien qui aime la France 😉 et qui adore la soupe !!! Que demander de plus, le partage au bol est donc de rigueur tous les soirs.

Du coup, je vais vous présenter ma soupe du jour. Et de vous à moi, c’est plus long à écrire qu’à faire ^^

veloute_-feves

Ingrédients :

  • 1 bol de fèves surgelées
  • 2 pommes de terre de taille moyenne
  • 1 petit oignon
  • 1 petit poireau
  • 1 gousse d’ail
  • 2 CS huile d’olive
  • 10 cl de crème fraîche épaisse
  • 1 kub légume
  • 1 kub bouillon de poulet
  • 2 chipo 100% poulet
  • 1 morceau de gingembre
  • 3 feuilles de menthe

Préparation :

  • Emincer l’oignon
  • Emincer l’ail
  • Emincer le poireau assez fin -pour accélérer la cuisson-. Ne pas prendre uniquement le blanc, prendre aussi tout le vert possible.
  • Faire revenir dans une casserole avec l’huile d’olive, à feu moyen, l’oignon, le poireau et l’ail -attention de ne pas faire brûler l’ail car ça donne un goût amer-
  • Rajouter les deux saucisses dans la casserole quand les oignons commencent à devenir translucide
  • Eplucher les pommes de terre, les couper en brunoise, les rajouter dans la casserole
  • Ajouter les fèves
  • Mélanger le tout, rajouter un peu de sel pour faire « suer » les légumes
  • Faire chauffer 1L d’eau et le verser dans l’appareil.
  • Eplucher un morceau de gingembre -env 5 cm-, l’écraser avec le plat du couteau et le mettre dans le potage.
  • Dès que l’eau recommence à bouillir, mettre les 2 kub et les 3 feuilles de menthe
  • Faire cuire à feu doux environ 1hoo – casserole couverte-
  • Vérifier l’assaisonnement et le rectifier si nécessaire
  • Sortir 2 feuilles de menthe et le morceau du gingembre
  • Mixer très très fin le potage
  • Rajouter avant de servir une grosse cuillère à cuillère à soupe de crème fraîche et donner un coup de mixer pour apporter le velouté.
    Déguster immédiatement avec des croûtons grillés si vous êtes très gourmands et s’il en reste à réchauffer à feu très doux … attention ça risque d’accrocher au fond de la casserole

 


Semaine du 14 au 20 mars 2016 – Animal
….
….
….
En lisant ce thème, j’ai eu envie de participer, car mon compagnon  à quatre pattes me manque plus qu’il ne devrait. J’ai trouvé plaisant de faire cette démarche et je ne sais si je serai apte à le faire avec d’autres thèmes, mais sûr, je m’y essaierai dans l’intimité de mon dossier « brouillon » ^^
2009-06-07 019 (2)

Skippy en pleine méditation après une visite chez le toiletteur

Skippy
C’était le 22 juillet 2000.
Lors d’une visite à la SPA du coin, un habitant se démarquait. Contrairement à son compagnon de cellule qui sautait joyeusement en disant haut et fort « adoptez-moi ♪♫ !!! adoptez-moi ♫♪ », lui ne demandait rien. Tout apeuré, tête basse et regard fuyant il se cachait au fond du box.
Pourquoi, est-ce lui que j’ai choisi spécialement ? Tout simplement parce que mon côté défenseuse de l’orphelin et de l’opprimé est immédiatement remonté à la surface. Je suis donc repartie le jour-même avec « 508 croisé griffon », équipée d’un collier, une laisse et un sac de croquettes.
Arrivé à la maison, il était tellement content qu’il sautillait de partout.
L’appeler « Skippy » a été une évidence ! Cependant, au bout d’une paire de jours, j’étais angoissée car il n’avait pas touché à sa gamelle…

Troisième jour, n’y tenant plus, ouste ! visite chez le vétérinaire auquel, j’explique mon angoisse. Il l’a ausculté et après un examen soigné m’a appris qu’il avait environ 18 mois, était cafi de tiques, avait un tatouage illisible, était en très bonne santé et allait me faire du cinéma pour la nourriture car il testait ma résistance… et que surtout, je devais tenir bon ne rien lui donner d’autre. J’ai tenu bon et au bout du cinquième jour, il a trié ses croquettes et a mangé celles qu’il aimait, le bras de fer était terminé, c’était moi l’alpha de la meute.
Au fil du temps, pépère a pris sa place à la maison, et a révélé sa véritable personnalité.
Ses poils ras se sont avérés avoir été rasés … il avait en fait une belle toison toujours emmêlée et mal odorante à souhait car il détestait être lavé et coiffé et j’ai toujours respecté jusqu’à la limite du supportable ses « goûts »
Il avait un petit appétit se rationnait tout seul sans aucun problème et en plus il était difficile, n’aimait qu’une marque de croquettes, ne mangeait ni pain, ni riz, ni pâtes… Aimait la saucisse si elle était « bio » et les biscuits s’ils étaient pur beurre … Bref, plein de petits caprices alimentaires qui me faisait bien rire en voyant la tête de personnes de bonnes volontés, pour lui plaire, voir leurs efforts « méprisés »
La peur panique du balai à son arrivée s’est transformée peu à peu en véritable indifférence… jusqu’à être obligée de le pousser avec. Monsieur, ne prenait même plus la peine de bouger lorsque je passais à sa hauteur.
Il respectait les petits chiens mais cherchait noise aux gros tout en se cachant derrière moi l’ air de leur dire, « vas-y !!! affronte-là si tu oses … ». Il m’a mise dans de sacrées situations l’animal ! car … j’ai peur des chiens !!! A côté de ça, il était la discrétion sur pattes même , se glissant sous mon siège ou à mes pieds et ne bougeant pas d’un cil tant que je ne bougeais pas moi-même.
Le pompon, c’est qu’il ne supportait pas de rester seul et se mettait à hurler sans discontinuer dès que l’on fermait la porte derrière lui. Conclusion il a fallu lui trouver une nounou à temps plein pour mettre au repos les oreilles des voisins.
Nous avons partagé quatorze années d’une vie sans nuage. Il a été d’une fidélité exemplaire et l’être apeuré qui a fait ses premiers pas dans son nouveau chez lui est devenu mon ombre fidèle, sûr de lui, quoique pas téméraire pour un sou.
Puis d’un seul coup, la vieillesse l’a affaibli à la vitesse de l’éclair. Pour lui éviter des souffrances permanentes. Le 3 avril 2014, je l’ai fait euthanasier. Il s’est endormi confiant dans mes bras et notre histoire s’est arrêtée là.
A ce jour, je n’ai pas eu envie de le remplacer, car « faire son deuil » de quel type qu’il soit, prend du temps. Par ailleurs, j’ai eu le sentiment que nous étions fait l’un pour l’autre … donc difficile de ne pas faire une comparaison « négative » face à d’autres chiens.
2009-05-14 118 (2)

Skippy, tel qu’il aimait être en balade au bord de l’Arc

LES PLUMES 50 d’Asphodèle

Publié: 12 mars 2016 dans Non classé

Ben ça faisait un moment que je n’arrivais pas à concrétiser avec tous les mots du moment

Pour connaître les modalités et les mots cliquer IcI et pour connaître le règlement

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

Les liens de la semaine pour les plumes

Les mots : Vedette, fragiliser, fortune, film, projecteur, fumé, paparazzi, fanfreluche, réputation, prétention, chanteur, oublier, local, gros, météorite, étoile, talent, chaleur, lumineux, diva, barricader, moi. Si j’ai bien compté ils y sont tous

Je vais me BARRICADER derrière les persiennes fermées pour me protéger de la CHALEUR. Je ne suis qu’un modeste CHANTEUR surchauffé et non une DIVA, une ETOILE, une star… qui veut éviter les PAPARAZZIS.

Point de FANFRELUCHE, pour un FILM musical, ni de FORTUNES cachées à gérer… Je ne me sens pas FRAGILISÉ par tous les articles des tabloïds car je n’ai jamais FUMÉ de GROS cigares ou de petits pétards. Je ne suis pas dans l’ombre des caméras, simplement à l’abri de la chaleur.

Dans mon LOCAL d’enregistrement, un immense poster d’une MÉTÉORITE couvre le mur du fond du studio. MOI, je ne suis pas l’astre LUMINEUX, il s’agit simplement un clin d’œil au groupe de rock alternatif Meteor. Je ne suis qu’un petit chanteur sans PRÉTENTION qui ne veut pas tous les PROJECTEURS sur lui, simplement ceux des spectacles qu’il anime, qui font sa RÉPUTATION. Mon TALENT n’est connu que par très peu finalement, je n’ai à ce jour été la VEDETTE américaine de personne, je me glisse auprès de tous ceux et celles qui veulent bien me tendre une oreille attentive …

Mais ne soyez pas timide appelez-moi par mon prénom Parfait ^^…. Qu’entends-je soudain ? comme un murmure dans la salle « Oh mon Dieu… » !!! Mais qui donc a osé divulguer mon nom ? Qui donc a OUBLIÉ que le ciel devait être protégé de toute intrusion médiatique !!!

9z6vqpdo1


Je pense être en retard, mais tant pis, je l’édite malgré tout car j’ai trop galéré pour arriver à ce résultat bien médiocre je le concède

Pour connaître les modalités et les mots cliquer IcI et pour connaître le règlement

logo-plumes-aspho-4-c3a8me-tirc3a9-du-tumblr-vanishingintoclouds[1]

Pas de bol, j’ai abandonné le bus pour le train et depuis il y a des grèves ferroviaires à n’en plus finir !!!

Je suis dans une impasse, c’est un véritable déchirement car je ne peux pas prendre un nouvel abonnement pour le bus avant un an. J’ai redoublé d’inventivité, d’idées, de feintes mais rien n’y fait … J’ai usé l’encre de mon imprimante à faire des courriers. J’ai déployé ma plus belle plume, mais malgré toute mon énergie à essayer de me faire entendre rien n’y a fait …

Enfin à bout d’arguments, je leur ai même fait  une poésie pour faire rimer dénuement et abonnement, réveil et sommeil ou encore, usure et torture … Mais Pensez-donc…  s’il y avait des poètes à la Airatipi ou à la Cenesefeu ça se saurait.

J’ai beau essayer d’embellir le quotidien par des accès de bonne humeur, des troppleins de feintes plénitudes « Je vais bien ♫♪, tout va bien ♪♫ » en me persuadant que l’on pouvait gérer le besoin juste par la pensée…rien n’y a fait

Au bout de quelques semaines à passer mon temps à frissonner sur les quais vides d’une gare désertée, au fur et à mesure  de l’endurcissement du conflit. Je sentais ma détermination s’émousser

L’absence de compassion des grévistes vis-à-vis de nous les travailleurs du privé, pris en otage d’un côté et menacés de licenciement pour retards répétés de l’autre côté, me faisait craindre de me retrouver rapidement dans la situation des SDF ou des drogués obligés de se réchauffer sur les bouches de métro ou dormir dans les couloirs désaffectés.

J’en avais assez de me rationner sur les cigarettes, le petit noir ou les tic-tac pour palier au surcoût du transport ! J’ai enfin pris la décision qui devait embellir ma vie plus durablement !!! Je me suis achetée un vélo électrique et suis devenue libre et indépendante !!! Youpi ! C’est fini les galères ferroviaires et tant pis pour la régie des transports en commun s’ils m’ont perdu comme usagée, ils n’avaient qu’à changer leur règles au lieu de croire qu’ils pouvaient nous punir indéfiniment

Vive la petite reine !!! Depuis je pédale (modérément) nez au vent, faisant fi des intempéries et heureuse de mon investissement

9z6vqpdo[1]


Voilà, j’ai re-signé pour l’aventure des plumes chez Asphodèle et j’ai bien galéré pour sortir un texte qui veuille dire quelque chose ^^

Histoire authentique et autobiographique ^^. Seulement, le vocabulaire n’est pas tout à fait celui qui avait été employé dans réalité et puis je dois l’avouer l’épisode « rêve de richesse » n’a pas existé sous cette forme, mais fallait bien que je case ces « couture,pelote,raccommoder » et consort qui m’ont donné maille à partir

logo-plumes-aspho-4-c3a8me-tirc3a9-du-tumblr-vanishingintoclouds[1]

La liste imposée :

Feu, chocolat, pelote, courage, croquer, branche, pleurer, folie, logiciel, admiration, couture, s’évader, play-boy (ou playboy), abeille, clope, plaisir, raquer, tunes (ou thunes), caramel, articulations, céder, raccommoder, vernis, allumette, amour, courses (dans le sens de shopping),  tonnerre .

Taille du texte inférieur à 700 mots : Oui, 636

Pour le règlement venez cliquer ici

Mon texte

C’était un jour d’été, nous étions sous le tilleul en fleurs. On entendait le bourdonnement  des abeilles dans les branches.
Cigarette au bec, j’écoutais du jazz à la radio en faisant craquer les articulations des doigts. Enfin écouter est un bien grand mot, car ma merdeuse n’arrêtait pas de râler… Problème existentiel, elle ne pouvait pas fumer parce que son vernis n’était pas sec…

– Tu devrais t’arrêter de fumer ainsi plus de problème de manucure
– Pinces-moi pour que je rigole … Tiens t’es bien placée pour me faire la morale toi !
– Je suis consciente d’être accro et je ne voudrai pas que tu te laisses piéger comme moi.  Mais bon si tu as envie de me ressembler dans 30 ans… continue.
– Pfff je fume même pas un paquet par jour et que TOI  tu me dises de m’arrêter de fumer c’est abuser
– Si tu t’arrêtes, je m’arrête
– Si je m’arrête, tu t’arrêtes ??? je me marre !!! Je voudrai bien voir ça !!! T’es pas cap de t’arrêter
–  Alors paries, tu risques rien… On s’arrête ensemble, si on tient toutes les deux minimum un an il y a match nul, si une craque avant, elle payera à l’autre un an de cigarettes
– Ok, dit-elle avec un air de pimbêche, ça va te coûter un max  !!!

Là elle commence à compter sur ses doigts pour évaluer la valeur du butin à venir

– Ohhh tonnerre de sort !!!  T’es folle !!! Tu passes deux cartouches par semaine à cinq francs le paquet ça fait plus de trois mille francs
– Non plus de cinq mille francs
– Trop coollll,  tu vas raquer grave maman, tu le sais ? Je vais avoir plein de tunes je pourrai m’acheter mon mannequin, ma boite de couture avec la pelote d’aiguilles à mettre au poignet,  l’œuf à raccommoder et peut-être même la machine à coudre avec le logiciel de broderie !!!
– T’occupes … avant de vendre la peau de l’ours, accepte ou pas le pari et si oui on commence de suite

Et voilà quinze ans bientôt que j’ai arrêté la clope. Ma fille a tenu deux ans et elle a recommencé puis elle s’est à nouveau arrêtée et a repris …

Trois paquets par jour que je passais … La motivation pour m’arrêter ? l’amour tout simplement. Faire que ma poupée s’arrête de fumer ça valait le coup non ?

Certains sont en admiration, ils pensent qu’il m’a fallu beaucoup de volonté…  Ben non en fait ne sachant pas ce que ça entraînait  il m’a fallu surtout le grain de folie de me lancer…

Le courage, il me le faut encore aujourd’hui pour ne pas craquer comme une allumette sur le grattoir de la boite car l’envie quotidienne de tirer un taf est omniprésente.

Ma vie avant c’était

  • Vous avez du feu ?
  • S’évader loin du stress avec plaisir en faisant des ronds de fumée avec la cigarette  …
  • Céder à la panique dès qu’il n’y avait que quatre paquets d’avance…
  • Partir même en pleine nuit en courses pour trouver le tabac ouvert et acheter ma drogue avant d’être en rupture…  La première Préoccupation que j’avais en arrivant dans une nouvelle ville, était de trouver le bar-tabac ouvert la nuit pour pouvoir faire face au cas où…
  • J’aurai pu pleurer, supplier et même poser à poil pour  Play-boy pour avoir une clope.
  • Pendant un repas, je fumais une sèche entre chaque plat et si j’avais eu une farandole de desserts j’aurai été capable d’en griller une entre la crème caramel et le chocolat à croquer

Il ne passe pas une semaine sans que je n’ai envie de fumer, mais c’est bien fini la nicotine car aujourd’hui je sais que si je replongeais  je serais incapable de recommencer l’expérience


Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsVingt-six mots ce soir, pfffiou, le « craquage » sous toutes ses coutures vous a inspiré ! Aussi, comme nous  sommes arrivés à la fin de l’alphabet, disons que je suis gentille et je vous épargne les w, x, y et z (c’est bien au Scrabble, dans un texte beaucoup moins), j’ai décidé de ne laisser qu’un mot, en rapport avec le thème.

Pas de 20 heures en gifs ce soir (désolée Soène, désolée Syl et ceux qui apprécient ce moment) mais je n’ai pas pu rester assise à vous chercher les gifs adéquats pour ce soir… Je crois que je vais enquêter sur les ordis qui ont une fonction vocale efficace (comme Siri sur l’iPhone), il y a des jours où ce serait drôlement pratique !

Voici la liste : tonnerre est mon mot. comme nous dépassons les 25 mots, vous pouvez en laisser deux de côté.

Feu, chocolat, pelote, courage…

View original post 74 mots de plus


logo-plumes-aspho-4-c3a8me-tirc3a9-du-tumblr-vanishingintoclouds[1]

Voilà j’ai passé le pas aujourd’hui, je me lance dans l’écriture d’un texte en rapport avec les mots collectés par Asphodèle

Je n’arrive pas à faire suivre le lien du coup, voici ci-dessous les deux articles concernés par cette opération ohhhh combien périlleuse pour moi ^^

https://leslecturesdasphodele.wordpress.com/2015/04/20/les-plumes-43-la-collecte-davril/

https://leslecturesdasphodele.wordpress.com/2015/04/20/lles-plumes-43-resultats-de-la-collecte-pour-desir/

Pour le règlement venez cliquer ici 

Maintenant voici mon texte, soyez compréhensifs, car l’exercice m’a paru infaisable ^^

Les rides du lion bien apparentes et des étincelles dans le regard de l’enfant étaient autant de preuves si nécessaire qui laissaient apparaître le déplaisir du petit garçon à attendre avec son père de passer chez le médecin. Il faisait beau, le printemps était dans la ville, les arbres de Judée donnaient à voir une allée rose vif à perte de vue et eux ils faisaient le pied de grue dans cette salle remplie de vieux poussifs !!!

Son père avait promis qu’ils monteraient avec le tramway à Montjuic.

Si son père l’entendait il lui dirait « mais non ce n’est pas un tramway Paquito c’est  un téléphérique ! Qu’est ce que ça peut faire qu’il se trompe ? Ce n’est pas la première fois… Il ne se rappelle jamais du vrai nom, mais toujours est-il qu’il a envie d’aller à Monjuic, Grimper sur le mur, se tapir sur le rempart  du fort et regarder les bateaux dans la brise écrire des circonvolutions dans les eaux sombres du port.

Il avait la velléité de visiter cette montagne dont son père lui parlait si souvent comme étant LE terrain de jeu de son enfance. Pour lui, c’était une aventure, un voyage dans l’inconnu. Il rêvait de voir les mouettes valser aux dessus des chaluts avec gourmandise,  attendant les restes de poissons rejetés à la mer par les pêcheurs.

Il vibrait d’impatience, rêvait de conquérir le monde.D’abord, un jour, quand il serait grand il monterait sur le doigt de Christophe Colomb et de là il verrait l’Amérique. Chaque fois qu’il racontait cela , son père s’étouffait de rire et sa mère grondait en lui disant « Paquito ne raconte pas n’importe quoi, tes amis vont se moquer de toi. » Elle pouvait appliquer tant qu’elle voulait la censure, il savait qu’un jour il irait sur le doigt de Colomb.

Perdu dans ses pensées,il dessinait avec la pointe de sa chaussure des volutes sur le carrelage de la salle d’attente quand le docteur vint les chercher. « Paquito, lui dit-il en lui tendant une espèce de peluche oiseau informe, montre-moi sur le Curro où est-ce que tu as mal quand tu tousses »

« Mais quel débile, je ne suis plus un bébé j’ai 8 ans pensa Paquito et son oiseau … il n’est pas prêt de prendre son envol avec une crête et un bec arc-en-ciel n’importe quoi !!! »

Malgré tout du doigt il indique la poitrine de l’oiseau. Le docteur l’ausculte, le fait tousser puis au bout d’un moment qui lui semble une éternité, déclare au père « Paquito fait une allergie au pollen de toute évidence, il faudra lui faire des compléments d’examens pour trouver quels sont les pollens en cause ».

En sortant de chez le médecin, son père déposa avec amour, un baiser sur le front de Paquito et lui dit. « Que penses-tu d’aller boire un bon chocolat dans la colonne de Colomb ? et puis ce soir, il y aura moins de pollen et nous pourrions aller à Montjuic, Tu verras de nuit c’est magnifique les lumières sur le port et puis tu pourras admirer les fontaines lumineuses avec le ballet éphémère des jets d’eau qui te rempliront de souvenirs … Qu’en dis-tu ? on s’organise ou on rentre à la maison ? … »

Paquito serre fort la main de son père.. . Il est à nouveau plein d’espérances et de rêves pour l’avenir la soirée sera fantastique… « On va à Colomb !!! »

 


Il s’agit d’un recueil de poèmes édité par des amateurs de poésie et dont l’intégralité des bénéfices sera reversé aux resto du cœur

Je trouve que c’est une jolie façon de donner un coup de pousse à ceux qui en ont besoin

Merci de faire suivre au plus grand nombre pour qu’ils puissent récolter tout plein de sous 🙂

Edition papier : 12 € et édition pdf 6 €

http://www.thebookedition.com/le-tourbillon-des-mots-choeur-pour-coeur-p-121658.html

couv-products-121658[1]

JC nous a quittés

Publié: 20 juin 2014 dans Non classé

Déblogue

Il est décédé le 8 Juin 2014

Il a laissé ces quelques mots

Ultime connerie du jourt

View original post

Rire ou Sourire

Publié: 18 mars 2013 dans Divertissement, Non classé, Voyages

J’ai reçu cette série de Pub par messagerie

Je viens partager car ça m’a bien plu